jeudi 11 janvier 2018

Voeux et résolutions

Nouvelle année, nouvel élan qui donne envie de passer l'éponge sur les manquements et les ratés de l'année écoulée, laissant place à une belle ardoise immaculée où les voeux et les désirs s'écrivent à la craie blanche. Animés d'une conviction propice à ces moments où tout nous semble possible à nouveau, on formule des voeux pour ceux qui nous entourent et on énonce ses bonnes résolutions prenant le monde à témoin, comme si le fait de les formuler à haute voix nous donnait l'obligation de les tenir.

Alors qu'on ne souhaite que le meilleur pour les autres, nous voici au moment des résolutions dans l'examen de conscience le plus strict, l'auto-critique la plus acerbe en pointant du doigt tout ce qu'on a manqué, toutes les résolutions non tenues qui nous renvoient tel un miroir grossissant tous nos défauts, toutes nos faiblesses augmentées, nous faisant jurer que cette fois-ci c'est la bonne, on va changer, on va progresser, on va faire preuve de volonté, de fermeté, de rigueur.

Cette année j'ai décidé de bien me traiter et de m'inclure dans ce que je souhaite aux autres ; aucun bilan, aucune résolution mais juste des voeux de généalogie heureuse et joyeuse, de partage sur les blogs et les réseaux sociaux, de découvertes d'histoires drôles et insolites, de recherches toujours passionnées, d'entraide dans nos épines et de solidarité dans ce qui nous touche au quotidien. Tout ce que j'ai accompli cette année relève des hasards et des opportunités saisies. Mes résolutions rigides pour 2017 n'ont pas tenu longtemps face à l'énergie et la vitalité des imprévisibles rencontres et de la conduite de projets inspirants.

Je ne sais pas ce que sera mon blog cette année, les projets d'écriture et de publications se sont retrouvés malmenés suite à des réactions familiales auxquelles je ne m'attendais pas et qui m'ont quelque peu destabilisées ; je ne veux heurter personne, ni accaparer l'existence de nos ancêtres qui au final n'appartiennent à personne. Alors on verra bien, je le garde comme média pour la passeuse d'histoire que je suis. De mon travail et de mes rencontres naitront bien des billets que je serai heureuse de partager.

Belle année à nous tous.




mardi 7 novembre 2017

L'exode de Mamène

Samedi dernier, lors de l'assemblée annuelle de l'association Henri Bachelin - association dont je suis membre et dont l'objet est de promouvoir et de faire découvrir ou re-découvrir l'oeuvre de cet écrivain d'origine moravandelle - ma cousine et moi-même avons fait une lecture d'un texte écrit en juillet 1940 par notre arrière-grand-mère commune, Marie, dite Mamène.

Henri Bachelin
crédit photo : le Journal du centre
La lecture venait faire écho aux commentaires d'Henri Bachelin sur l'entrée des allemands à Paris en juin 1940.

Dans ce texte, elle raconte son exode, accompagnée de sa dernière fille et de son fiancé, de l'oncle de ce dernier et d'une amie de la famille, ils ont tenté, depuis Lormes dans la Nièvre, de franchir la Loire pour aller se réfugier en Auvergne, pas très loin de Vichy.

Marie et son époux Pierre début 1900.
crédit photo : Jourda

C'est un récit poignant écrit quelques semaine après que le faits se sont déroulés ; elle relate six journées durant lesquelles, elle et les siens ont vécu dans la crainte, le chaos, l'incertitude engendrée par de fausses nouvelles, des rumeurs en tout genre.

Je connais ce texte depuis plusieurs années ; à chaque fois je me dis que je devrais partager ce témoignage sur mon blog, tant pour sa qualité testimoniale que pour pour ses qualités littéraires intrasèques. Mon arrière grand-mère avait une très jolie plume. Mais à chaque fois, je reculais devant la tâche, ne sachant pas par quel bout m'y prendre.

Dans un premier temps, j'ai retranscrit le texte pour en avoir un exemplaire plus lisible, plus facile à annoter. Et puis, ce premier travail fait, le texte est resté bien au chaud dans la mémoire de mon ordinateur. Je pense que je n'étais pas prête.

Lorsque le président de l'association Bachelin - qui avait eu connaissance de ce texte - m'a demandé si ma cousine - également membre de l'association - et moi même pourrions donner lecture, j'ai non seulement accepté, mais j'ai vu là l'occasion de me ressaisir de ce texte et de mettre mon projet à exécution.

Ma cousine et moi avons fait une première lecture de répétition chez elle. Or c'est elle et sa famille qui habite aujourd'hui la maison de nos ancêtres. Cette première séance, là où il y a 77 ans, notre arrière-grand mère s'est assise, a eu le besoin de consigner par écrit tout ce qu'elle avait traversé, a pris la tournure d'une séance de vspiritisme. Tous les esprits de ces chers disparus étaient au-dessus de la table autour de laquelle nous avions pris place.

Notre lecture à deux voix l'après-midi même devant l'assemblée a été très inspirée, très habitée. L'assistance a été captivée par ce récit haletant et petit à petit a été gagnée par l'émotion.

Forte de cette expèrience, je publierai dans les semaines qui viennent sous forme de feuilleton-illustré et remis en situation, ce récit. A suivre donc...

lundi 11 septembre 2017

Le Havre - septembre 2017

L'occasion était trop belle : joindre l'agréable à l'agréable, combiner généalogie et tourisme, visite du salon GénéHavre 2017 et visite du Havre parée de ses plus beaux atours pour célébrer son 500ème anniversaire, et cerise sur ce gâteau d'anniversaire revenir sur les lieux de villégiature de mon enfance et profiter de l'hospitalité de ma tante, sœur aînée de mon père, merveilleuse "Mémoire vive" de ma famille, témoin privilégié et passeur d'histoire.

crédit : Anne Dardaud


Je débarquais donc de la gare du Havre ce vendredi en début d'après-midi, trainant ma valise à roulette jusqu'au Carré des Docks pas très éloigné. C'est toujours intéressant de rencontrer les différents acteurs de la généalogie en France ; se côtoient les associations actives, les éditeurs de livres et de logiciels, les quelques généalogistes professionnels, les représentants des grands sites Internet de généalogie que nous connaissons tous. L'ambiance est conviviale et chaleureuse. Les contacts se nouent facilement, les discussions passionnées s'engagent.


Il arrive même qu'on rencontre physiquement ceux que l'on ne connait que virtuellement à travers les réseaux sociaux, ce qui donne lieu à des conversations insolites, "ah mais je vous suis ! - Mais moi aussi je vous suis    - C'est donc vous ? "  C'est plutôt amusant...

On fait quelques achats, on complète ainsi sa bibliothèque généalogique, on prend le temps de parcourir les livres qui sont à disposition, et on repart avec des revues, des ouvrages.


crédit photo : Anne Dardaud
Après quelques heures passées dans ces allées, je suis repartie ma valise lestée de ces achats, ce qui n'a pas été inutile pour affronter le "grain" qui m'attendait en sortant ; vent et pluie contre lesquels mon petit parapluie de parisienne ne m'a pas protégé grand-chose. Je suis arrivée trempée et dégoulinante chez ma tante. Et c'est devant une tasse de thé brûlant qu'a commencé la deuxième partie de mon week-end.

Je sais désormais d'expérience qu'il faut parler avec ses proches, qu'il faut accueillir et recueillir leur parole ; ce sont les témoins d'une époque révolue. Elle a connu mon père enfant, mon grand-père disparu longtemps avant ma naissance, elle a connu la guerre, l'occupation allemande, ses oreilles d'enfant ont entendu les fusillades, ses yeux ont vu les parachutages ; sa vie d'enfant aurait pu basculer si au lieu d'un chemin pour se rendre à l'école elle en avait choisi un autre...Tout cela est en elle. Je suis d'ailleurs arrivée avec un petit album que j'ai réalisé avec toutes les photos de nos ancêtres. Les photos sont de bons supports de mémoire ; elles révèlent la parole et permettent d'établir le dialogue. 

crédit photo : Anne Dardaud

Daniel Mendelsohn dans son livre "Les disparus" analyse très bien l'effet que peut produire la présentation des portraits des disparus aux personnes qui les ont connues ; il parle en citant l'Eneide de Virgile, "sunt lacrimae rerum" : il y a des larmes dans ces choses.  Il parle de ce pouvoir des photos de rappeler aux gens à qui ont les montre, la vie et le monde auxquels (en l'occurrence dans le livre) ils ont été arrachés.

De manière moins dramatique, mais avec une réelle charge émotionnelle, ma tante a feuilleté et commenté les photos qu'elle connaissait depuis l'enfance. Ces jeunes personnes, elle les avait connues adultes mais reconnaissait dans les traits juvéniles les personnes qu'elles étaient devenus. J'ai recueilli ainsi des petits morceaux d'informations, des petits bouts de puzzle qui vont m'aider à finaliser ce grand portrait de famille vers lequel je tends depuis des années. A travers elle, tous les ancêtres ont été convoqués autour de la table ; ce sont autant de personnes qu'elle avait aimées et qui l'avaient aimée en retour. A moi d'en saisir l'essentiel et les détails et de restituer sans trahir ces petites histoires familiales qui redonnent chair aux ancêtres trouvés grâce aux recherches généalogiques et qui leur restituent leur humanité.