La blogueuse

La blogueuse
Confidences et réflexions d'une généalogiste passionnée par l'histoire des individus, de leur famille et de leur époque

mercredi 23 janvier 2013

Mariés à la mairie du Treizième

Il y a quelque temps, lors de la célébration du mariage d'un couple de mes amis à la mairie du treizième arrondissement de Paris, le maire a fait usage dans son discours de l'expression "mariés à la mairie du treizième". Bien que résidant dans cet arrondissement depuis ma plus tendre enfance, c’était la première fois que je l’entendais.



Cette expression remonte à l'époque où Paris ne comptait que douze arrondissements. Elle se disait des couples qui justement n'étaient pas mariés et qui vivaient en concubinage, ce qui était plutôt mal vu des âmes bien-pensantes et des honnêtes gens. Autres temps, autres mœurs, et à chaque époque ses débats, ses clivages et sa conception du couple.


C'est par la loi du 16 juin 1859, sous l'impulsion du baron Haussmann, que Paris va s'agrandir et intégrer non seulement des nouveaux quartiers, mais aussi annexer des communes (Grenelle - Vaugirard - Bercy - Charonne - Belleville - La Villette - La Chapelle - Montmartre - Les Batignolles - Passy et Auteuil).

Dessin Louis Bony

Dans un premier temps, dans le projet haussmannien , la mairie du treizième arrondissement devait se situer dans l'actuel seizième arrondissement, formé par les anciennes communes de Passy et Auteuil.

Mais en raison de cette "mauvaise" réputation, peut-être aussi par superstition - le 13 n'est-il pas en France censé porter malheur ? - de nombreuses personnes influentes ont refusé l’installation de la mairie du 13e arrondissement à cet endroit.

Ainsi fut créé le système de numération en escargot qui est toujours en vigueur à Paris : les quartiers bourgeois de l'ouest parisien bénéficiant d'une numérotation moins connotée, laissant le nombre 13 et ses significations aux quartiers plutôt défavorisés du sud de la capitale.


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5523577z

L'expression est désormais tombée en désuétude, mais elle reflète bien une réalité à la fois sociétale et géographique, qui fait le sel des recherches généalogiques.

3 commentaires:

  1. Et je ne suis pas certain que l'officier d'état-civil lui-même connaissait l'origine de cette expression ...

    Très intéressant en tout cas !

    Olivier

    http://aidegenealogie.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! Le maire avait bien potassé son sujet et semblait ravi de le faire découvrir à son auditoire!

    RépondreSupprimer