La blogueuse

La blogueuse
Confidences et réflexions d'une généalogiste passionnée par l'histoire des individus, de leur famille et de leur époque

lundi 2 juin 2014

B comme Bru

Elle s'appelle Marie Rey. Elle est née le 4 février 1871 à Saint-Félix-Lauragais en Haute-Garonne. Elle est la fille de François et de Marie Tarisses, cultivateurs à Saint-Félix.


crédit photo : Jourda

A 19 ans, elle épouse à Montmaur dans l'Aude toute proche, Paul Jourda. Elle devient alors la bru de Guillaume et Marie Gourg, les parents de Paul. Elle est la première belle-fille et sera la seule (mais ça elle ne le sait pas encore). Les Jourda sont une famille de métayers, installée dans cette région du Lauragais, au croisement de la Haute-Garonne et de l'Aude.


Guillaume Jourda et Marie Gourg ont trois enfants : Paul, l'aîné, Marie la cadette et Marc le benjamin. Guillaume est parti au moment de son service militaire, par les hasards du tirage au sort, servir l'Empire de Napoléon III dans la catastrophique expédition au Mexique (cette aventure est relatée dans ce blog, dans ce billet). 

Des années plus tard, c'est autour de son fils Paul, alors jeune homme,  de partir pour son service, mais, cette fois, dans la direction opposée  : l'Asie de sud-est, la conquête du Tonkin ( le périple de Paul est raconté dans ce billet).

Marie arrive donc dans une famille où les deux principaux membres ont voyagé, ce qui à cette époque, dans ce milieu est plutôt inhabituel. C'est peut être ce qui lui a plu chez Paul : cette différence, le fait de savoir que les yeux qui la regardent ont également vu des contrées lointaines et inconnues, d'autres mers, d'autres hommes et femmes à la couleur de peau différente. Son mari et son beau-père ont dans la tête des images qui n'appartiennent qu'à eux et qui prennent les plus beaux atours de la jeunesse. Les partagent-ils ? Parviennent-ils à raconter leurs souvenirs ? C'est probable, mais pas certain. Ce sont aussi des souvenirs de guerre, de violence et de peur.

Le 3 septembre 1891, Marie donne naissance à Soupex, à un fils que les jeunes parents prénomment Guilhaume.  Ils habitent alors sous le même toit que la famille Jourda, comme l'indique le recensement de la commune.


Cohabitent donc : Marie, ses beaux-parents (Guillaume et  Marie), sa belle-soeur Marie et son beau-frère Marc. (Trois Marie dans la même maison...) Arrive donc ce petit enfant.

Quelques mois plus tard, c'est autour de Marc, le jeune frère de partir faire son service militaire. Il part pour Madagascar. Il est jeune, il a 20 ans et peut-être a-t-il à l'esprit tous les récits d'aventure de son père et de son frère, partis avant lui. Les voyages forment la jeunesse... Sauf que Marc ne reviendra pas de Nossi-bè : il y décède le 23 septembre 1895. (L'histoire de Marc est racontée dans ce billet). C'est une tragédie pour Marie et sa belle famille.

Dix années plus tard, nous retrouvons Marie et Paul installés à Chalabre, dans l'Aude. Paul est devenu cantonnier à la compagnie des chemins de fer du midi. Créée en 1852, cette compagnie privée avait reçu la concession de la ligne Bordeaux - Sète. Viendront ensuite s'ajouter les lignes Bordeaux - Bayonne, et Narbonne - Perpignan.

Marie, de nouveau enceinte donne naissance à Alfred, le 15 novembre 1906. Peu de temps après, la famille revient s'installer à Soupex. Marie y occupe désormais l'emploi de garde-barrière, Paul a pris de l'avancement : le voici chef-cantonnier. La famille vit dans la maison à la barrière n°11.

crédit photo : Jourda

Quelques mois plus tard, alors qu'Alfred n'est encore qu'un bébé, son frère aîné Guilhaume, âgé de 15 ans décède de congestion, pour avoir bu de l'eau glacée après une longue course au soleil. C'est un véritable séisme pour Marie. Elle en gardera une attitude ultra-protectrice à l'égard de son fils cadet, et voudra le garder à coté d'elle le plus longtemps possible. Après la disparition de son jeune beau-frère, la mort prématuré de Guilhaume achève de la rendre réticente à tout idée de mouvement et de voyage. Et pourtant, Alfred finira par partir (la vie d'Alfred et retracé dans ce billet, dans celui-ci également et enfin dans ce dernier).

Marie va continuer sa vie au poste de garde-barrière puis avec Paul, ils s'installeront, non loin de Soupex, à Sain-Paulet. Elle y décède le 25 janvier 1932 à l'age de 60 ans.

crédit photo : Jourda

Son fils Alfred n'est alors pas marié. Ils se mariera l'année suivante. Marie n'aura pas eu de bru : elle n'aura pas eu le temps de "changer de statut", de devenir une "belle-mère", de connaitre celle qui va devenir la mère de ses petits-enfants.




7 commentaires:

  1. Un très beau récit sur la vie d'une femme avec ses heurts et ses malheurs.

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique article et très bien documenté. Un B comme Bravo.

    RépondreSupprimer
  3. Je termine ma lecture : après le C, le B ... et oui, je commence à prendre un peu de retard :-)
    Merci pour cet article très intéressant lui aussi.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le partage, on a envie de connaître la suite

    RépondreSupprimer